Close

Susu stories #3: À vos côtés pour une meilleure santé

Susu Santé Afrique Soins Infirmier

Dialogue Monsieur Kalou, client Susu Prime et Cynthia, Responsable Clientèle Susu

 

– Bonjour, c’est Cynthia de Susu

– Ma fille! on dit koi?

– Ca va Papa, et Maman? comment vous allez depuis la dernière fois?

– Ah on est là, …

-..

 

Alors que l’assistante de santé de Susu poursuit la conversation sur un ton chaleureux, André se cale confortablement dans son siège favori à la véranda de sa maison, et se remémore en souriant sa première rencontre avec l’équipe de Susu.

 

1. Le départ

Quelques semaines auparavant, Il ne savait certes que peu de choses sur Susu, mais faisait confiance au jugement de sa fille, qui a souscrit au service pour ses deux parents âgés d’une soixantaine d’années.

En effet André sait bien que même si lui fait déjà attention à santé, la plupart de ses pairs ne le font pas. Et ce pas nécessairement par manque de volonté, mais parce que les services et soins de santé, en particulier pour les seniors, ne sont pas toujours accessibles. Car au pays, contrairement à ce que l’on peut voir en France par exemple, on a pris l’habitude de se débrouiller avec le peu de ressources dont on dispose.

 

2. Rendez-vous à la clinique Farah

C’est donc plein d’enthousiasme et accompagné de sa femme qu’André se présente à la clinique où la première étape de la visite consiste à rencontrer l’infirmière chargée de réaliser certains examens préliminaires.

Parmi ceux-ci, une prise de sang visant à mesurer son taux d’hémoglobine glyquée (estimation de la glycémie moyenne durant les trois mois précédents).

Tout semble se dérouler comme prévu jusqu’au moment où l’infirmière lui demande s’il est bien à jeûn comme lui a précisé l’assistante de santé lorsqu’elle l’a contactée la veille.

Profondément navré d’avoir oublié la consigne, André se confond en excuses, craignant d’avoir irrémédiablement compromis les examens à réaliser. 

“Tchiééé! C‘est gaté ! Il va falloir tout recommencer” se dit-il .

L’infirmière, à qui son inquiétude n’a pas échappé, le rassure : 

“Ce n’est pas un problème Monsieur, y’a pas drap; on va quand même faire les examens ne vous inquiétez pas”.

Une fois la prise de sang terminée, alors qu’il attend d’être reçu par le médecin, André et sa femme échangent avec l’assistante de santé de Susu. La conversation va bon train, cette dernière en profite pour apprendre à mieux les connaître, et leur donner quelques conseils.

Ayant déjà l’habitude de gérer tout seul ses démarches quand il se rend à l’hoptial, André apprécie tout particulièrement le fait de ne pas avoir eu à courir d’un guichet/service à l’autre aujourd’hui. En effet, l’assistante de santé c’est occupé des formalités, veillant à ce qu’ils ne se déplacent que quand cela était nécessaire.

Bientôt vient le moment de rencontrer le médecin…

“Vous êtes vraiment aux petits soins pour nous”. C’est à tel point que j’aurais presque envie de tomber malade pour qu’on s’occupe de moi comme ça.”


3. La visite médicale

André, parfaitement détendu, prend place dans le cabinet où le médecin l’attend. Le praticien lui pose alors une série de questions avant de réaliser une mesure de sa tension artérielle qui fort heureusement, s’avère normale. Monsieur K. est ravi de l’apprendre, même s’il s’y attend un peu car sa femme veille au grain, prenant de soin de concocter des repas équilibrés pour toute la famille. 

“Vous êtes vraiment aux petits soins pour nous”. C’est à tel point que j’aurais presque envie de tomber malade pour qu’on s’occupe de moi comme ça.” Confiera-t il à notre équipe avant de prendre congé au terme de cette journée.

 

4. Le suivi

Durant les semaines suivant la visite à la clinique Farah M. K. reçoit la visite à domicile de l’infirmier de Susu qui s’est déplacé afin de lui communiquer les résultats des examens réalisés. 

 

Encore une fois, les conclusions de ces derniers sont rassurantes et au final, c’est quand même satisfaisant de voir que les efforts et l’attention portée à son alimentation et à son activité physique.Après avoir longuement échangé avec eux, l’infirmier prend congé de la famille  K. 

 

Prochaine étape, le suivi: un point téléphonique pour s’enquérir de son état de santé. Car s’il est vrai que les soins de santé ont toute leur importance pour les personnes confrontées à la maladie, il n’en demeurent pas moins essentiel pour les personnes en bonne santé car vous le savez, “prévenir vaut mieux que guérir”.

 

En d’autres termes, même si nous n’avons pas de symptômes particuliers, il est important de bénéficier d’un suivi préventif par un médecin et de maintenir une hygiène de vie saine. C’est pourquoi notre service a été conçu pour répondre aux besoins en soins de santé de vos proches , qu’ils soient ou non en bonne santé. Alors si vous souhaitez en savoir plus, consultez dès à présent nos offres vous permettant d’offrir les meilleurs soins de santé disponibles à votre famille au pays. 

 

Et parce que votre histoire fait partie de la nôtre, retrouvez-nous très bientôt pour une nouvelle Susu story, pour découvrir à travers leurs mots, comment Susu apporte de vraies solutions aux vrais défis de santé rencontrés par vos proches.

 

On est ensemble ! 

 

*L’histoire est réelle, mais les prénoms du bénéficiaire et des membres de sa famille ont été modifiés

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’obésité gagne l’Afrique

L’obésité gagne l’Afrique Publicité pour un fast-food à Abidjan, en novembre 2016. ISSOUF SANOGO / AFP Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), plus de deux

Voir plus >

Me contacter