Close

Susu stories #1 : Attention à la tension !

Mme Arlette* O. n’avait jamais entendu parler de Susu avant que sa sœur, installée en France, ne lui propose de bénéficier d’une couverture santé sur place, à Abidjan.
Alors qu’elle se prépare pour sa toute première visite médicale à la Clinique Farah, elle ne se sent pas particulièrement mal en point mais après tout, un tour chez le médecin ne peut que lui faire que du bien… même si ça risque de prendre du temps, il y a tellement de monde ! En général on sait quand on arrive mais on ne sait pas quand on repart.

 

1. Le trajet de la maison à la Clinique Farah

Ce matin-là elle prendra donc ses dispositions pour être prête de bonne heure, bien avant celle précisée la veille par l’assistante de santé Susu qui l’a contacté pour lui donner les détails pratiques. Et bien qu’elle n’en sache pas beaucoup plus au sujet de Susu, un tout nouveau service, la présence rassurante de son fils, qui vit avec elle, la réconforte. Heureusement qu’il est là pour prendre soin d’elle… Aujourd’hui en particulier, si le médecin là se met à parler beaucoup, il pourra lui expliquer et lui rappeler ce qui a été dit.

 

2. La consultation

Après le trajet en voiture confortable et sans encombre, elle arrive à la Clinique Farah accompagnée de l’équipe Susu, où elle fera quelques examens médicaux avant sa consultation.

Alors qu’elle se confie à notre équipe après son rendez-vous, Madame O. est surprise : n’ayant jamais eu de malaise ou de symptôme particulier jusqu’ici, elle ne se doutait absolument pas que sa tension était aussi haute.

 

Ça s’est vraiment bien passé, le médecin a été à notre écoute et a même fait une ordonnance à cause de ma tension qui était très élevée. Nous n’avons pas attendu longtemps comme dans les autres hôpitaux.


3. Le retour à la maison

Madame O. rentrera chez elle avec toutes les informations nécessaires pour commencer le traitement prescrit par le médecin, l’information pour son prochain rendez-vous, et en cadeau, quelques goodies Susu.
De son côté, bien qu’il ait apprécié le déroulement de la journée, son fils se pose encore des questions… Et si c’était trop beau pour être vrai ? Tout s’est bien passé certes, mais y aura-t-il une suite à tout ça ? Tant de gens se font blaguer par des personnes peu scrupuleuses…

 

4. Le suivi

Quelques heures plus tard, le téléphone sonne. Au bout du fil, l’assistante de santé Susu qui souhaite savoir si tout s’est bien passé. Comme sa maman, le fils de Madame O. est particulièrement touché par ce coup de fil dont le but est de prendre des nouvelles, de savoir comment ils avaient vécu cette première expérience avec Susu, et de répondre à ses questions. Ce n’est pas souvent qu’un service appelle simplement pour demander si tout va bien ! 

 

5. La visite de contrôle

Lors de cette visite recommandée par le médecin conseil de Susu, la tension de M. O est enfin stabilisée. Le médecin programme néanmoins une autre consultation pour son suivi, au cours de laquelle la bonne prise du traitement et les ordonnances seront à nouveau vérifiées.

6. La visite de l’infirmière à domicile

Une visite de suivi, assurée par une infirmière du réseau Susu, a lieu suite à la première visite médicale. Son objectif est de bien expliquer les résultats des examens médicaux et de vérifier le suivi du traitement. Dans le cas d’Arlette, sa tension a déjà baissé. Au cours de leur conversation, l’infirmière découvre qu’Arlette, convaincue qu’elle souffrait de diabète, se privait de petit déjeuner par crainte d’aggraver la maladie. Cette visite a donc été l’occasion de la conseiller sur son alimentation quotidienne.

 

Au fil du temps, une vraie complicité s’est tissée entre Arlette, son fils et l’équipe Susu. “Maman” comme nous l’appelons affectueusement a même insisté pour que nous partagions ensemble un repas lors de nos dernières visites. Et c’est bien connu, les invitations à partager un repas, ça ne se refuse pas.
Son fils quant à lui est également très satisfait de la prise en charge de sa Maman par Susu qu’il recommande sans hésitation à ses proches.

Comme Mme O., des milliers d’Ivoiriens souffrent d’hypertension et c’est peut-être le cas de certains de vos proches. C’est pour eux que nous avons créé Susu, sachant que la majorité ne sont pas au courant de leur tension artérielle largement au-dessus de la normale et que l’absence de traitement augmente les risques d’accident vasculaire cérébral.
Mais Susu, c’est aussi pour vous  permettre de retrouver la tranquillité d’esprit en offrant à vos proches les meilleurs soins de santé disponibles.
Et parce que votre histoire fait partie de la nôtre, retrouvez-nous très bientôt pour une nouvelle Susu story, pour découvrir à travers leurs mots, comment Susu apporte de vraies solutions aux vrais défis de santé rencontrés par vos proches.


On est ensemble !

 

*Basé sur un témoignage authentique. Le nom de la bénéficiaire a été modifié.

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Comment dit-on chez vous ?

Comment dit-on chez vous ? Dans plusieurs pays d’Afrique francophone la langue de Molière se parle de façon… différente. Non, ce n’est pas une question

Voir plus >

Me contacter