Close

Mieux comprendre l'Indice de Masse Corporelle (IMC)

Diaspora santé assurance Afrique

L’IMC, indice de masse corporelle, est un indice permettant d’évaluer la corpulence et de déterminer si l’on est situation de maigreur, de surpoids ou d’obésité par exemple. Il se calcule simplement en divisant le poids (en kg) par le carré de la taille (m). Si vous ne voulez pas faire le calcul, il existe de nombreuses calculatrices en ligne pour le faire comme celle du site TopSanté

 

Un IMC dit normal se situe entre 18,5 et 25, alorsqu’un IMC compris entre 25 et 29,9 est considéré comme un surpoids, et qu’un IMC de 30 ou plus catégorise les sujets comme étant obèses.

 

Pourquoi l’IMC est important

 

D’après certains experts, il serait important de connaître son IMC surtout si pour les sujets diabétiques. Voici leurs arguments :

 

  • L’IMC permettrait de déterminer votre risque de complications liées au diabète de type 2:

 

Un IMC plus élevé augmente le risque d’avoir un diabète non contrôlé et les complications qui y sont liées, comme les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance rénale et les problèmes du système nerveux et des yeux.

 

L’IMC, un moyen peu coûteux d’évaluer son état de santé général:

En effet afin de calculer votre IMC vous avez simplement besoin d’un pèse-personne et d’un mètre mesureur. Certes les médecins peuvent également utiliser d’autres moyens techniques pour mesurer la graisse corporelle, mais ces tests sont coûteux et complexes à réaliser.

 

L’IMC peut vous motiver à perdre du poids si cela s’avère nécessaire:

Savoir ou l’on se situe dans le tableau de l’IMC peut pousser à modifier son mode de vie pour perdre du poids, et la perte de quelques kilogrammes en trop peut contribuer à améliorer votre taux de glycémie (sucre dans le sang), votre pression artérielle et votre cholestérol. Votre médecin pourra éventuellement réduire la quantité de médicaments dans le cadre d’un traitement contre le diabète par exemple.

Les limites de l’IMC

 

Aussi utile que soit l’IMC, cet outil présente certains inconvénients.

 

L’IMC ne mesure pas le muscle:

Attention, l’IMC ne fait pas la distinction entre le surpoids  en graisse et le surpoids en muscle, de sorte qu’une personne musclée et en bonne santé peut entrer dans la catégorie du surpoids. Si vous commencez à faire de l’exercice, en particulier avec un entraînement de résistance, et que vous perdez de la graisse tout en gagnant du muscle, vous ferez un changement sain, mais qui ne se reflétera pas nécessairement dans votre seul IMC.

 

L’IMC ne mesure pas la surcharge pondérale: 

Une quantité élevée de graisse viscérale – la graisse qui est stockée autour des organes de votre abdomen – est plus problématique que l’excès de graisse sous-cutanée – qui se trouve sous la peau dans le reste de votre corps – parce qu’elle vous expose à un risque plus élevé de résistance à l’insuline et de maladie cardiaque. Cette surcharge n’est pas mesurée par l’IMC. 



Un IMC élevé est stigmatisé:

En général, un regard négatif reste porté sur les personnes en surpoid ou obèses, ce qui peut décourager l’utilisation de cet outil pour se situer. 

 

 

En somme

 

Que retenir ? L’ IMC reste un outil utile pour se situer et avoir une idée générale de son état de santé. Cependant il a ses limites et pour cela ne peut être considéré comme indicateur complet ou précis. Complétez le donc par un suivi de votre pression artérielle par exemple, ou par la mesure de votre surcharge pondérale ainsi qu’un examen de vos constantes habituelles. Le saviez-vous ? Tout ce mois de Juin Susu offre aux mamans une visite médicale gratuite avec contrôle de glycémie, tension artérielle, IMC. et consultation personalisée avec un généraliste qui fournira un rapport par la suite: l’occasion idéale pour prendre connaissance de cette information vitale. 

Susu Santé Afrique Soins Infirmier

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’obésité gagne l’Afrique

L’obésité gagne l’Afrique Publicité pour un fast-food à Abidjan, en novembre 2016. ISSOUF SANOGO / AFP Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), plus de deux

Voir plus >

Me contacter