Close

Interview avec Bakary Meite, rugbyman engagé

Crédit Photo: France Inter

 

Bakary Meite est un joueur franco-ivoirien de rugby qui évolue au poste de troisième ligne pour l’US Carcassonne, mais aussi pour l’équipe internationale Ivoirienne.

Avec la crise du COVID, il a fait l’objet d’un grand intérêt des médias qui se sont intéressés à son activité non pas sur le terrain de rugby mais pour son choix de s’engager auprès du personnel médical en tant qu’agent d’entretien. Nous avons eu la chance de discuter avec lui de ce choix peu commun, un bel exemple de solidarité. 

 

Susu: Bonjour Bakary, pouvez-vous vous présenter ? 

 

Bakary: Bonjour je m’appelle Baky Meite j’ai 36 ans et je suis joueur de rugby à l’US Carcassonne en France. 

 

Susu: Qu’est-ce qui vous a mené au rugby?

 

Bakary: Ce qui m’a amené au rugby c’est des amis de l’université que j’ai suivis sur un tournoi de rugby, j’ai découvert ça très tard à l’âge de 22 ans et au sortir de ce tournoi j’ai été prendre une license dans un petit club amateur de rugby et de là toute l’histoire a commencé

Susu: Qu’est-ce qui vous a motivé à vous engager dans la lutte contre le COVID-19 ?

 

Bakary: Alors en fait j’ai saisi une opportunité qui s’est présentée à moi, j’avais un membre de la belle-famille de ma soeur qui recherchait des agents d’entretien et je me suis porté volontaire avec mon neveu donc une fois sur place effectivement on entendait beaucoup parler de COVID pendant toute cette période de l’engagement du personnel soignant, des infirmières et des aides soignantes au quotidien, et de les voir travailler comme ça sans relâche c’était une motivation supplémentaire pour moi je me suis dit que c’était une manière pour moi d’apporter ma pierre a l’édifice en réalisant des taches simples qui pouvaient soulager ce personnel soignant et aussi aider a mettre un peu de lumière sur le personnel qui nettoie dans les hôpitaux, c’est des gens dont on ne parle pas beaucoup et qui sont essentiels pour le bon fonctionnement d’un hôpital et de les avoir rejoints pour ces quelques mois ça a été une grande fierté

 

Susu: À quoi ressemble cet engagement au quotidien ? Quelles sont vos activités et qu’est-ce que cela vous a apporté ? 

 

Bakary: Je devais tout simplement désinfecter tout les points de contact donc le nettoyage de portes, poignées de porte, fenêtres, interrupteurs, boutons d’ascenseur, les rampes d’accès, etc. tout ce qui était a portée de main dans l’hôpital. Comme je disais j’étais vraiment heureux de le faire j’avais la chance de ne pas être confiné chez moi en plus donc je sortais je rencontrais des gens je discutais avec les soignants c’était vraiment très très enrichissant.

Susu: Votre engagement a été largement repris par la presse y compris la presse étrangère, comment l’avez-vous vécu ? 

 

Bakary: Je pense que j’ai été briefé mentalement de par mon parcours de sportif de haut niveau où le mental et le travail jouent beaucoup (ne rien lâcher et anticiper et surtout ne pas baisser les bras et se projeter sur la prochaine action)

" Je sais que beaucoup d’Ivoiriens se reconnaitront dans mon geste, la Côte d’Ivoire c’est un pays ouvert très accueillant et tourné vers les autres. ”

Bakary Meite, Rugbyman engagé

Susu: Avez-vous une message pour la diaspora ivoirienne ? 

Bakary: Je sais que beaucoup d’Ivoiriens se reconnaitront dans mon geste, la Côte d’Ivoire c’est un pays ouvert très accueillant et tourné vers les autres. L’altruisme est une valeur partagée par beaucoup d’Ivoiriens et c’est ce que j’ai voulu transmettre par mon engagement.

 

Susu: Quel est votre meilleur conseil santé, sport, ou bien-être ?

 

Bakary: Mon meilleur conseil c’est d’être bien dans sa tête de faire des choses qui vous plaisent au quotidien, ne pas se restreindre car cela engendre de la frustration donc il faut effectivement être en bonne santé faire du sport etc mais ne pas être frustré par ce qu’on ne peut pas faire donc être bien dans sa tete et dans son corps c’est important.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’obésité gagne l’Afrique

L’obésité gagne l’Afrique Publicité pour un fast-food à Abidjan, en novembre 2016. ISSOUF SANOGO / AFP Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), plus de deux

Voir plus >

Me contacter